SF / Thriller / Horreur / Fantastique

Élévation – Stephen King.

Élévation est un roman court de Stephen King, paru le 3 avril 2019 aux éditions Le Livre de Poche

Résumé : 

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite.
C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vêtements, sa balance affiche la même chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ?
Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes

mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

Élévation fait 160 pages en tout, mais la lecture se termine à la 147ème page. La suite est constituée de la liste des parutions de Stephen King au Livre de Poche, et vous pouvez lire un bref résumé de chaque ouvrages.

Si vous voulez acheter le livre, c’est sur le site de la maison d’édition.

Mon avis :

J’ai terminé la lecture de ce roman court ce soir. Et… Je dois avouer que je ne m’attendais pas à une telle lecture. J’ai aimé cette sensation de plaidoyer contre l’homophobie, en montrer toute l’absurdité. Je trouve admirable que Stephen King se serve de sa notoriété pour faire passer de tels messages. Il s’exprime sur tout, prend des positions parfois délicates et les assume. Beaucoup n’ont pas son courage. Cette tolérance qui apparaît dans ce roman, cette prise de conscience, en face de toute cette bêtise, pour aider ce couple de femmes mariées, qui en a bien besoin. Ça fait tellement de bien à lire.

Concernant la perte de poids du personnage principal, je ne peux pas trop en dire au risque de vous spoiler, ce que je refuse de faire. J’ai simplement mis, dans mon esprit, ce vécu en parallèle avec notre vision de la mort, ou de sa potentialité. Ce roman court, à mon sens, apporte une réflexion pertinente concernant la vision que vous avons de notre fin, de ce que nous devrions ressentir face à cette fin.

J’ai commencé à pleurer à la page 132, et ce, jusqu’à la fin. Ce n’est pas une image. Je me suis mise à pleurer et ma fille s’est posé des questions. C’est là que j’en arrive au fait que je ne m’attendais pas à une telle lecture. Habituée à lire de l’horreur de sa part, je ne peux que constater que même hors de sa « zone de confort », Stephen King excelle. Il y a un côté dramatique, et si la tristesse existe dans cette histoire, elle est mêlée à une incroyable beauté. J’ai pleuré parce que c’était triste, mais aussi parce que c’était incroyablement beau. C’est un mélange d’émotions perturbant, à cause de la situation. J’étais partagée entre le côté horrible quelque part de ce qui est vécu par Scott Carey, et par son propre ressenti face à son vécu. Est-ce que ce n’est pas lui qui a raison ? Je le crois, honnêtement. Mais c’est dur, de se le dire.

Au fur et à mesure de ma lecture, je voyais la fin d’Élévation arriver et je me demandais comment pourrait bien finir une histoire pareille. J’ai eu ma réponse : D’une façon inattendue, à la fois tragique et pleine de beauté. A la fin du roman, vous comprenez sa couverture. 

C’est là qu’on se dit que dans un roman, court ou non, on peut tout se permettre. Stephen King se permet tout, et réussit tout. Dans ce roman court, il s’est encore une fois tout permis, et je me suis encore dit à la fin que cet homme n’est rien d’autre qu’un génie. 

Élévation est une réussite splendide et je conseille vivement de le lire. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :